12 janvier 2019

Le Havre de malheur (2/2)

  Bateaux dans la tempête (Collection G.H.) Les navires, une fois franchies les jetées, après être parvenus, parfois de haute lutte, à trouver refuge dans l'enceinte du port, n'étaient pas forcément mieux lotis. Ainsi, jusqu'au début du XVIIIe siècle, avant que ne fut construite une digue digne de ce nom, offrant un véritable barrage au déferlement des vagues en furie qui s'engouffraient dans l'avant-port à chaque tempête ou à chaque forte marée, il était fréquent que ces naufrages se produisent jusque dans l'enceinte même du... [Lire la suite]

03 décembre 2018

Le Havre de malheur (1/2)

Le gros temps au Havre (Illustration Le Monde illustré du 7 décembre 1872 - Collection G.H.)     « Cette ville se nommait autrefois le Hâvre de malheur, écrivit Charles-Étienne Gaucher en 1797, à cause des fréquents naufrages, occasionnés par l'embouchure de la Seine » (1). Un autre document est tout aussi édifiant sur les réserves et les craintes, pour ne pas dire plus, qui ne manquaient pas d'habiter les capitaines et les équipages à la seule pensée d'avoir à affronter les pièges et les dangers, imprévisibles... [Lire la suite]
28 octobre 2018

Comme une lettre à la Poste (4/4)

  L'hôtel des Postes inauguré en décembre 1926 (Collection G.H.)   L'année 1909 sera marquée par des grèves de postiers. Débuté à Paris le 12 mars, le mouvement, qui touche les télégraphistes, les agents des bureaux de poste, les postiers des services ambulants, les dames employées du télégraphe et du téléphone, les ouvriers des lignes, ne tarde pas à gagner les villes de province : Lyon, Marseille, Rouen, Lille et… Le Havre où la grève débute le 18 mars. Réactives, les entreprises havraises s'étaient organisées dans... [Lire la suite]
Posté par gerardhatton à 11:49 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
24 octobre 2018

Comme une lettre à la Poste (3/4)

  La distribution du courrier vers 1830 (Collection G.H.)     Revenons-en un peu au XIXe siècle, à l'aube duquel se profile l'ombre de l'Empire napoléonien… Et une énième tentative de réorganisation. En 1801, paraît un arrêté instituant le monopole des Postes. Une des premières actions du premier Consul Bonaparte en faveur de la Poste sera de lui donner le monopole du transport de la correspondance. L'arrêté, daté du 27 Prairial An IX (16 juin 1801), interdit purement et simplement l'acheminement du courrier par les... [Lire la suite]
Posté par gerardhatton à 09:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
21 octobre 2018

Comme une lettre à la Poste (2/4)

  Distribution du courrier au XVIIIe siècle (Collection G.H.)     En 1758, Louis XV autorisait l'installation d'une « poste particulière dans l’intérieur de notre bonne ville de Paris ». À leur tour, emboîtant le pas aux Parisiens, les villes de Bordeaux (1766), de Nantes (1777), de Rouen (1778), de Nancy (1778), de Lyon (1779), de Strasbourg (1780), de Marseille (1781), et de Lille (1784) ouvraient leur « petite poste ». Le Havre avait-il devancé ces différentes grandes villes, elle qui n'était... [Lire la suite]
Posté par gerardhatton à 09:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
08 juillet 2018

Et le commerce devint triangulaire (5/5)

 L'abolition de l'esclavage (1849) par François-Auguste Biard - Château de Versailles 5e partie : L'abolition.   Ils étaient au nombre de cent hommes ou femmes de différents âges, tous occupés à creuser des fosses dans une pièce de cannes, et la plupart nus ou couverts de haillons. Le soleil dardait à plomb sur leurs têtes : la sueur coulait sur toutes les parties de leurs corps ; leurs membres appesantis par la chaleur, fatigués du poids de leurs pioches et par la résistance d’une terre grasse,... [Lire la suite]
Posté par gerardhatton à 10:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

01 juillet 2018

Et le commerce devint triangulaire (4/5)

Représentation des habitants des colonies sous Louis XIV (Image extraite de "Chronique de la France et des Français")     4e partie : Le retour.   Du 21 juin 1769 devant M. Roger, présent, Monsieur l’avocat du Roy, a comparu le sieur Jullien Edouard Tanquerel, Capitaine commandant le navire « le Maréchal de Luxembourg » de Nantes du port de 250 tonneaux armé de 12 canons et équipé de 60 hommes d’équipage tout compris (…) il nous a déclaré avoir party du bas de cette rivière le 1er février 1768 pour... [Lire la suite]
Posté par gerardhatton à 09:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
24 juin 2018

Et le commerce devint triangulaire (3/5)

  3e partie : La traversée.   – Le « Jeune Frédéric » est de retour. » Jérôme accourait à toutes jambes à la rencontre de son ami. Patiemment, Jean-François attendit de longues minutes que le garçon recouvre un semblant de calme. Et de souffle. Une étape nécessaire avant de tenter d’en savoir un peu plus sur le « Jeune Frédéric » et sur les raisons de l’enthousiasme débordant que son retour avait suscité chez son jeune ami. Il apprit bientôt que le « Jeune Frédéric »... [Lire la suite]
20 juin 2018

Et le commerce devint triangulaire (2/5)

Reconstitution d'un bureau de négociant à la maison de l'Armateur (Photo G.H.)     2e partie : La traite.   « On me jeta bientôt dans l'entrepont, raconte Equiano, et là mes narines furent saluées comme jamais auparavant dans ma vie : la puanteur était si épouvantable, et il y avait tant de cris, que la nausée et l'abattement m'empêchèrent de manger quoi que ce fût (…) À cause du manque d'aération et de la chaleur ambiante qui venaient s'ajouter au surpeuplement du bateau et à l'entassement des... [Lire la suite]
24 mai 2018

le rêve de l'émigrant (2/2)

  Départ d'un transatlantique     « À la minute même où le dernier passager franchissait la coupée, le commandant donna l’ordre du départ. Avec précaution, le fier navire s’éloigna du quai. La gorge serrée, les larmes au bord des yeux, les époux Leblond, Provot et Gamot l’avaient suivi du regard tandis qu’il sortait du port en doublant la grosse tour. Dans les hautes vergues du « Patriote », les hommes d’équipage dépliaient méticuleusement les gigantesques pièces de toile. C’était un ballet aérien... [Lire la suite]