08 juillet 2018

Et le commerce devint triangulaire (5/5)

 L'abolition de l'esclavage (1849) par François-Auguste Biard - Château de Versailles 5e partie : L'abolition.   Ils étaient au nombre de cent hommes ou femmes de différents âges, tous occupés à creuser des fosses dans une pièce de cannes, et la plupart nus ou couverts de haillons. Le soleil dardait à plomb sur leurs têtes : la sueur coulait sur toutes les parties de leurs corps ; leurs membres appesantis par la chaleur, fatigués du poids de leurs pioches et par la résistance d’une terre grasse,... [Lire la suite]
Posté par gerardhatton à 10:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

01 juillet 2018

Et le commerce devint triangulaire (4/5)

Représentation des habitants des colonies sous Louis XIV (Image extraite de "Chronique de la France et des Français")     4e partie : Le retour.   Du 21 juin 1769 devant M. Roger, présent, Monsieur l’avocat du Roy, a comparu le sieur Jullien Edouard Tanquerel, Capitaine commandant le navire « le Maréchal de Luxembourg » de Nantes du port de 250 tonneaux armé de 12 canons et équipé de 60 hommes d’équipage tout compris (…) il nous a déclaré avoir party du bas de cette rivière le 1er février 1768 pour... [Lire la suite]
Posté par gerardhatton à 09:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
24 juin 2018

Et le commerce devint triangulaire (3/5)

  3e partie : La traversée.   – Le « Jeune Frédéric » est de retour. » Jérôme accourait à toutes jambes à la rencontre de son ami. Patiemment, Jean-François attendit de longues minutes que le garçon recouvre un semblant de calme. Et de souffle. Une étape nécessaire avant de tenter d’en savoir un peu plus sur le « Jeune Frédéric » et sur les raisons de l’enthousiasme débordant que son retour avait suscité chez son jeune ami. Il apprit bientôt que le « Jeune Frédéric »... [Lire la suite]
20 juin 2018

Et le commerce devint triangulaire (2/5)

Reconstitution d'un bureau de négociant à la maison de l'Armateur (Photo G.H.)     2e partie : La traite.   « On me jeta bientôt dans l'entrepont, raconte Equiano, et là mes narines furent saluées comme jamais auparavant dans ma vie : la puanteur était si épouvantable, et il y avait tant de cris, que la nausée et l'abattement m'empêchèrent de manger quoi que ce fût (…) À cause du manque d'aération et de la chaleur ambiante qui venaient s'ajouter au surpeuplement du bateau et à l'entassement des... [Lire la suite]