Docks entrepôts (3)

L’essor économique que connaît Le Havre au milieu du XIXe siècle ne va pas sans poser quelques problèmes d’ordre structurels et logistiques au négoce et au trafic maritime. Malgré la mise en service des bassins du Commerce et de la Barre, les installations portuaires demeurent notoirement insuffisants et les voix des négociants se font de plus en plus entendre, de plus en plus vives, de plus en plus pressantes, pour que soient entrepris les travaux nécessaires à la réalisation des nouveaux bassins que nécessitent des besoins en constante augmentation. « Entre 1827 et 1847, le nombre des navires fréquentant Le Havre double et leur jauge totale triple. », remarque Jean-PierreChaline dans « Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine ».

Si le creusement de nouveaux bassins (Vauban, Floride, L'Eure, Bellot, docks…) allait sensiblement augmenter les capacités d'accueil des navires qui affluaient, sans cesse plus nombreux, il se faisait tout aussi urgent de régler le problème du stockage et de la mise en sécurité des denrées qui en étaient débarquées et qui s'entreposaient durablement sur les quais, à la merci des intempéries et des malversations.

Dès 1834, étaient apparus des projets d’entrepôts, fortement inspirés, il est vrai, par ceux qui existaient déjà en Angleterre et aux États-Unis. En 1843, Joseph Périer, qui avait acheté des terrains au sud du bassin Vauban, y avait fait construire des magasins. En 1856, la compagnie Périer devenait la Compagnie des Docks-Entrepôts. L’inauguration officielle des installations eut lieu en 1868, mais il fallut toutefois attendre 1884 pour que l’ensemble des Docks, dont la superficie totale était de 285.640 m², ne soit totalement achevé. Voici la description qu’en faisait Charles Vesque en 1876 dans son « Histoire des rues du Havre » : « Les Docks-Entrepôts ont été livrés au commerce le 9 mars 1857. D’après des renseignements pris en 1868, ils occupaient 232.555 mètres de superficie, divisés en cent quarante-quatre magasins, pouvant contenir plus de 100.000 tonnes de marchandises ; seize caves, pouvant contenir 7.000 hectolitres de vins et spiritueux ; neuf magasins, pouvant contenir 30.000 barils de pétrole. Les cours couvertes occupent à elles seules 25.000 mètres de terrain ; 5.000 mètres de voies ferrées sillonnent les quais et cours, etc. L’établissement est clos par 1.860 mètres de murs. On a calculé que les Docks du Havre ont le double de superficie de celui de Sainte-Catherine, de Londres. »