img564

La construction du Grand Quai avait débuté dès les premières heures du chantier du nouveau havre, en même temps que l’édification de la grosse tour (Tour François 1er) et que l’élévation des deux jetées qui devaient permettre l’accès au port.

Ces installations provisoires, faites de pieux et de fascines, destinées à matérialiser et à stabiliser le chantier, allaient bientôt laisser la place aux quais de pierres de taille et de maçonnerie. En dépit des difficultés d’acheminement des matériaux et des problèmes financiers qui, notamment en 1518, ralentirent la bonne marche du chantier, le souverain et, par voie de conséquence, le sieur du Chillou étaient déterminés à construire solide et « beau ». Les pierres, en provenance des meilleures carrières de Normandie, arrivaient jusqu’au port en gestation par bateaux.

Délimité à l’ouest par la place d’Armes (Remplacée au milieu du XIXe siècle par la place des pilotes, puis par la chaussée des États-Unis) et à l’est par le chenal d’accès au bassin du Roi (L’anse Notre-Dame), le Grand Quai occupait approximativement les lieu et place du quai de Southampton d’aujourd’hui.