28 janvier 2018

Et le plateau de Caux devint normand

  Sans doute parce que coulait encore dans leurs veines un sang mêlé d’eau de mer et de vent, les descendants des fiers hommes du nord devenus les maîtres de l'ouest de la Neustrie avaient fait de Fécamp l’un de leurs lieux de résidence préférés. C’était cette étroite relation avec la mer qui leur était vitale. Un besoin viscéral de la voir, de l’entendre, de la respirer, de la sentir danser sous leurs pieds au rythme cadencé de la houle et du vent. Après tout, les temps n’étaient pas encore si éloignés où les knerrir (1) de... [Lire la suite]
Posté par gerardhatton à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

14 janvier 2018

Du Chillou, mi-ange, mi-démon

  Le 7 février 1517 (1516 selon le calendrier de l’époque), lorsque François 1er signe l’acte de naissance du port du Havre, s’en remettant à son ami d’enfance et proche conseiller Guillaume Gouffier de Bonnivet pour mettre en œuvre et concrétiser sa royale volonté, il avait juste négligé un tout petit détail. Mais un petit détail qui avait néanmoins son importance : Bonnivet, ce n’est pas faire injure à l’homme, à ses qualités et à sa volonté de bien faire que le dire, était un homme de cour, un homme d’apparat, un homme... [Lire la suite]
08 janvier 2018

Pilotes, lamaneurs, haleurs

« Dans les belles nuits d’été, la place de la Bourse retentissait de refrains d’amour ; elle était couverte de marins et de jeunes filles qui formaient des rondes, en répétant les vieilles chansons de leurs aïeux ; Dans les réjouissances publiques, on y élevait un orchestre pour danser, tandis que sur un banc, près de la tour François-Ier, s’asseyaient les pilotes qui, ayant beaucoup vu, aimaient à raconter leurs voyages. Des concerts étaient donnés dans la salle de la Bourse, avec des prix des places... [Lire la suite]