Il était un Havre

21 octobre 2018

Comme une lettre à la Poste (2/4)

  Distribution du courrier au XVIIIe siècle (Collection G.H.)     En 1758, Louis XV autorisait l'installation d'une « poste particulière dans l’intérieur de notre bonne ville de Paris ». À leur tour, emboîtant le pas aux Parisiens, les villes de Bordeaux (1766), de Nantes (1777), de Rouen (1778), de Nancy (1778), de Lyon (1779), de Strasbourg (1780), de Marseille (1781), et de Lille (1784) ouvraient leur « petite poste ». Le Havre avait-il devancé ces différentes grandes villes, elle qui n'était... [Lire la suite]
Posté par gerardhatton à 09:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 octobre 2018

Comme une lettre à la Poste (1/4)

Arrivée du courrier au Havre (Collection G.H.)     C'est dans un document officiel attribué à Philippe Le Bel que l'on trouve, en 1297, la première allusion à un service d’acheminement et de distribution des lettres, lequel avait été mis en place par l’Université de Paris pour répondre aux besoins de ses étudiants. L'expéditeur et le destinataire avaient alors toute latitude pour négocier le prix de la course. C'est au XIIIe siècle également que l'on note ici ou là l’apparition de messageries urbaines. Ces messagers des... [Lire la suite]
Posté par gerardhatton à 10:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
17 octobre 2018

Girolamo Bellarmato, architecte siennois

Au retour de ses campagnes militaires italiennes, Louis XII avait, le premier, ramené dans ses bagages les premières œuvres d'art et, surtout, les idées nouvelles qui allaient conduire le royaume de France sur le chemin de la Renaissance. Dans les années qui s'ensuivirent, notamment durant de règne de François 1er, l'italianisme devient à la mode, et les artistes italiens sont très courtisés. L'architecture et l'urbanisme n'échappent bien évidemment pas à ce phénomène et il est fait appel à leurs talents. Leurs idées nouvelles en... [Lire la suite]
Posté par gerardhatton à 09:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 juillet 2018

Et le commerce devint triangulaire (5/5)

 L'abolition de l'esclavage (1849) par François-Auguste Biard - Château de Versailles 5e partie : L'abolition.   Ils étaient au nombre de cent hommes ou femmes de différents âges, tous occupés à creuser des fosses dans une pièce de cannes, et la plupart nus ou couverts de haillons. Le soleil dardait à plomb sur leurs têtes : la sueur coulait sur toutes les parties de leurs corps ; leurs membres appesantis par la chaleur, fatigués du poids de leurs pioches et par la résistance d’une terre grasse,... [Lire la suite]
Posté par gerardhatton à 10:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
01 juillet 2018

Et le commerce devint triangulaire (4/5)

Représentation des habitants des colonies sous Louis XIV (Image extraite de "Chronique de la France et des Français")     4e partie : Le retour.   Du 21 juin 1769 devant M. Roger, présent, Monsieur l’avocat du Roy, a comparu le sieur Jullien Edouard Tanquerel, Capitaine commandant le navire « le Maréchal de Luxembourg » de Nantes du port de 250 tonneaux armé de 12 canons et équipé de 60 hommes d’équipage tout compris (…) il nous a déclaré avoir party du bas de cette rivière le 1er février 1768 pour... [Lire la suite]
Posté par gerardhatton à 09:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
24 juin 2018

Et le commerce devint triangulaire (3/5)

  3e partie : La traversée.   – Le « Jeune Frédéric » est de retour. » Jérôme accourait à toutes jambes à la rencontre de son ami. Patiemment, Jean-François attendit de longues minutes que le garçon recouvre un semblant de calme. Et de souffle. Une étape nécessaire avant de tenter d’en savoir un peu plus sur le « Jeune Frédéric » et sur les raisons de l’enthousiasme débordant que son retour avait suscité chez son jeune ami. Il apprit bientôt que le « Jeune Frédéric »... [Lire la suite]

20 juin 2018

Et le commerce devint triangulaire (2/5)

Reconstitution d'un bureau de négociant à la maison de l'Armateur (Photo G.H.)     2e partie : La traite.   « On me jeta bientôt dans l'entrepont, raconte Equiano, et là mes narines furent saluées comme jamais auparavant dans ma vie : la puanteur était si épouvantable, et il y avait tant de cris, que la nausée et l'abattement m'empêchèrent de manger quoi que ce fût (…) À cause du manque d'aération et de la chaleur ambiante qui venaient s'ajouter au surpeuplement du bateau et à l'entassement des... [Lire la suite]
15 juin 2018

Et le commerce devint triangulaire (1/5)

1ère partie : Les causes.   « Afrique de l’Ouest, 1786. Nus, allongés au fond d’une pirogue, baignant dans un fond d’eau sale et recouverts par une natte tissée, une quinzaine d’hommes et de femmes naviguent depuis trois lunes à l’intérieur des terres. Depuis leur enlèvement par des Africains dans leur village d’origine de la baie du Biafra, ils ont déjà été vendus plusieurs fois. D’autres captifs leur ont appris qu’ils allaient être livrés à des hommes blancs, puis embarqués à bord d’un immense bateau. Voilà le... [Lire la suite]
24 mai 2018

le rêve de l'émigrant (2/2)

  Départ d'un transatlantique     « À la minute même où le dernier passager franchissait la coupée, le commandant donna l’ordre du départ. Avec précaution, le fier navire s’éloigna du quai. La gorge serrée, les larmes au bord des yeux, les époux Leblond, Provot et Gamot l’avaient suivi du regard tandis qu’il sortait du port en doublant la grosse tour. Dans les hautes vergues du « Patriote », les hommes d’équipage dépliaient méticuleusement les gigantesques pièces de toile. C’était un ballet aérien... [Lire la suite]
20 mai 2018

le rêve de l'émigrant (1/2)

  Arrivée d'Henry Hudson à Manhattan (National Gallery of Fine arts, Smithsanian Institution, Washington D.C.)     « Quand le jour fut venu, ils virent devant eux une île de quinze lieues environ, sans montagnes, pleine d'arbres verts, arrosée par de très belles eaux, et au milieu de laquelle était un grand lac. Cette île était évidemment fort peuplée. Les habitants, accourus en grand nombre sur le rivage, témoignaient un grand étonnement à la vue des navires, qu'ils prenaient pour de grands animaux, ce dont... [Lire la suite]